Vive le vendeur en boutique !

©www.wat.tv

©www.wat.tv

Avec l’essor des nouvelles technologies et la présence continue d’internet dans nos vies, de nombreux spécialistes posent ouvertement la question de l’avenir du magasin physique.
Internet est-il en train de tuer la boutique traditionnelle ? A l’ère des téléphones portables et des tablettes, a-t-on encore besoin de quatre murs pour aller faire ses achats ? Comment résister à des monstres comme Amazon, à des phénomènes comme le « showrooming » (je regarde en magasin et j’achète en ligne) ? A l’ère de l’ « ATAWAD » (Any Time, AnyWhere, Any Device), le consommateur est devenu roi (vraiment cette fois ci). Et la boutique doit donc s’adapter à ce nouvel environnement. Et cela concerne en premier les vendeurs dans la boutique, leur place, leur fonction. Dans la vidéo ci-dessous, que je vous invite à regarder, Catherine Barba, serial entrepreneuse et spécialiste du e-commerce, aborde justement la question, et donne des pistes de réflexion, que je trouve très intéressantes. Elle a en plus un peps et une énergie dans sa manière de parler qui fait vraiment du bien.

Bonne vidéo !

Le pop-up store: un business model durable?

Warby Parker Class Trip ©www.warbyparkerclasstrip.com

Warby Parker Class Trip
©www.warbyparkerclasstrip.com

La mode des pop-up store n’est pas prête de s’éteindre prochainement. Ces boutiques éphémères, au départ très prisées par les nouvelles marques de mode pour se faire connaître et faire le buzz, séduisent de plus en plus de très nombreuses marques et enseignes.
Cette semaine, le géant d’internet Amazon a confirmé l’ouverture de deux pop-up stores en Californie, à San Francisco et Sacramento pour la période des fêtes. Il compte présenter et vendre ses propres produits électroniques comme les liseuses Kindle, ou ses téléphones. Le roi du web met, Lire la suite

Clic and Walk, le crowdsourcing au service des marques: intéressant, mais…

Clic and Walk

Clic and Walk

Le Forum annuel Netexplo est l’occasion de découvrir les innovations numériques de l’année, mais surtout les nouveaux usages qu’elles apporteront aux entreprises ou plus globalement aux consommateurs ou usagers.

L’édition 2014, qui a lieu cette semaine à l’Unesco et pour laquelle je vous invite à visiter le site internet dédié (http://www.netexplo.org) est une nouvelle fois source de découverte et de réflexion autour du Web, des média sociaux, de l’internet mobile, des objets connectés, voire même aujourd’hui de l’intelligence artificielle.

Je consacrerai d’ailleurs plusieurs posts pour vous présenter quelques innovations qui m’ont paru très intéressantes et porteuses d’opportunités mais aussi de risques ou en tout cas de questionnement.

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter la société Clic and Walk, l’un des dix Lauréats du palmarès Netexplo 2014.
Cette société française propose aux marques d’utiliser Lire la suite

La marque Kate Spade Saturday modernise le “lèche-vitrine”

©cheetahisthenewblack.com

©cheetahisthenewblack.com

Il y a quelques mois, la marque de mode new-yorkaise Kate Spade Saturday, avant même d’ouvrir une première boutique physique, s’est lancée dans une opération de « retail-communication » originale.
Avec l’aide des équipes d’eBay et de Paypal, la marque de vêtements féminins a installé pendant un mois dans différents quartiers de New York, quatre vitrines interactives tactiles.
Ces vitrines, accessibles 7 jours sur 7 et 24h sur 24 (“twenty four seven” comme disent les Américains) présentent physiquement une trentaine d’articles différents : nouvelle collection de vêtements et accessoires. Un écran géant tactile permet des les visualiser et de les acheter immédiatement (avec un paiement via son mobile pour assurer une certaine confidentialité). La livraison se fait Lire la suite

Beauty truck: belle…. comme un camion

©JacquesBloch

©JacquesBloch

De culture et de curiosité internationale, j’ai l’habitude sur ce site de vous présenter des concepts et des expérimentations que je trouve aux quatre coins du monde.
Aujourd’hui, c’est au coin de ma rue que j’ai déniché un sujet digne d’intérêt. En effet, je suis tombé, par hasard, en face de la Mairie du 3ème arrondissement de Paris, sur un camion un peu particulier : un « hair bar » itinérant.

La marque de beauté BaByliss Paris  s’est associés à deux jeunes créatrices d’accessoires pour cheveux qui, avec la marque Adéli Paris ont (re)mis au goût du jour le Headband.
Surfant sur la mode actuelle du food truck, ce camion cantine venu des Etats-Unis, les deux marques ont affrété une caravane de style rétro des années 50 et proposent sur place des conseils et une véritable prestation coiffure spécialement créée pour l’occasion. Lire la suite

Chanel dans le métro! : les grandes marques de beauté investissent le retail

©www.grazia.fr

©www.grazia.fr

Pendant très longtemps les grandes marques de beauté ont choisi de s’adresser à leur clientèle par le biais d’une stratégie à deux niveaux. D’une part, elles maîtrisaient et contrôlaient leur image et leur communication au travers de grandes campagnes de publicité (presse, télévision, affichage). D’autre part, elle commercialisaient leurs produits en passant par un canal de vente indirect, à savoir les parfumeries, les grands magasins, les instituts, ou encore les boutiques de travel retail.
Quelques marques comme Yves Rocher ou L’Occitane en Provence ont dès le départ choisi de maîtriser complètement leur canal de distribution en créant et développant un réseau de boutique au nom de la marque (en propre ou via la franchise).
Entre les deux, citons le cas de Guerlain, qui a longtemps“jonglé” avec quelques boutiques de type showroom (à Paris) et une distribution indirecte très sélective.

Avec l’arrivée et l’essor d’internet, l’environnement et le contexte changent.
Le phénomène le plus significatif pour moi est le développement rapide des réseaux sociaux. Les internautes et donc les consommateurs ont pris la parole sur le web. Les marques perdent une grande partie du contrôle de leur communication. Elles se doivent désormais d’entrer en dialogue avec leurs consommateurs, de multiplier les points de contacts (sites, forum, réseaux sociaux, videos, etc…).

La première grande évolution a été le fait que les marques de beauté Lire la suite

Hointer : un concept de retail vraiment innovant !

©play.google.com

©play.google.com

Passionné par les nouvelles technologies et les changements qu’elles apportent dans le secteur du retail traditionnel, je partage régulièrement avec vous sur ce site les nouveautés et expérimentations que je découvre dans le monde entier.

Dans le secteur de la mode et du prêt-à-porter, le segment de marché des hommes est , assez logiquement, à la pointe des innovations et des avancées technologiques. De nombreux site e-commerce proposant des vêtements, des accessoires, voire même des costumes sur mesure ont vu le jour. Dans un des mes articles précédents je mentionnais plus particulièrement le cas de la marque américaine de vêtements Bonobos qui s’était lancée il y a quelques années sur internet uniquement et qui maintenant ouvrait en plus des showroom particuliers pour ajouter une nouvelle expérience client originale.

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter un concept que je trouve assez incroyable.
En règle générale, une grande majorité d’homme n’aime pas Lire la suite

Le phénomène du « showrooming » : le client a toujours raison

showrooming_jacques_blochL’essor rapide des nouvelles technologies a eu comme conséquence majeure de donner aux consommateurs accès à l’information.
Auparavant, les entreprises, les marques, les enseignes délivraient l’information au public. Et le public recevait les données sur tel ou tel produit et ne pouvait que s’en contenter.
Aujourd’hui, munis d’un ordinateur, d’une tablette, d’un smartphone, le consommateur est en mesure d’aller chercher l’information sur la toile, de comparer les prix, de donner son avis, etc.. Comme j’ai déjà eu souvent l’occasion de le dire, il a, en quelque sorte, pris le pouvoir, et les marques ou les enseignes doivent désormais tenir compte de cet aspect fondamental dans la relation qu’elles souhaitent entretenir avec leur clientèle.

Sur ce thème, un « nouveau » concept est apparu depuis quelques mois : le showrooming.
Le showrooming est une pratique des consommateurs qui consiste à se rendre dans un magasin physique pour rechercher un produit particulier, l’étudier, éventuellement le prendre en photo, le scanner et puis finalement l’acheter sur internet moins cher. La boutique « brick and mortar » devient en quelque sorte le showroom gratuit dont bénéficie finalement le concurrent virtuel. Lire la suite

Couplage catalogue papier et appli mobile : le cas de Leroy Merlin

©www.relationclientmag.fr

©www.relationclientmag.fr

Il  y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion sur ce site de vous raconter mes aventures digitales avec l’enseigne Leroy Merlin. Dans cet article, je vantais la qualité du service client dans le magasin de mon quartier et le fait que j’avais pu acheter un produit sur place au prix fortement discounté proposé uniquement sur le site internet.

La semaine dernière, je suis tombé sur un article concernant cette enseigne, avec une information pas du tout révolutionnaire, mais que je trouve très intéressante et que je souhaite partager avec vous.

L’enseigne de bricolage associe directement son catalogue papier « classique » avec son application mobile.
Par ce couplage, il devient possible de Lire la suite

Des marques sans logo : l’expérience « No Noise at Selfridges »

©www.treehugger.com

©www.treehugger.com

Après le livre « No Logo » de Naomi Klein, après le mouvement « Slow Food », voici une expérience originale lancée par la chaine britannique Selfridges : l’opération « No Noise ».
Dans trois de ses magasins, Selfridges propose sur une période limitée des espaces zen avec musique d’ambiance adoucie, téléphones portables éteints, pieds déchaussés, espace de méditation et surtout disparition des logos. Celui de l’enseigne (sur les shopping bags par exemple), mais aussi celui d’un certain nombre de marques qui ont accepté de jouer le jeu.
Du ketchup Heinz sans logo, des cosmétiques Clinique ou Crème De La Mer sans logo, des jeans Levi’s sans logo.
Ces marques, pour la plupart mondiales, ont fait le pari Lire la suite