Chanel dans le métro! : les grandes marques de beauté investissent le retail

©www.grazia.fr

©www.grazia.fr

Pendant très longtemps les grandes marques de beauté ont choisi de s’adresser à leur clientèle par le biais d’une stratégie à deux niveaux. D’une part, elles maîtrisaient et contrôlaient leur image et leur communication au travers de grandes campagnes de publicité (presse, télévision, affichage). D’autre part, elle commercialisaient leurs produits en passant par un canal de vente indirect, à savoir les parfumeries, les grands magasins, les instituts, ou encore les boutiques de travel retail.
Quelques marques comme Yves Rocher ou L’Occitane en Provence ont dès le départ choisi de maîtriser complètement leur canal de distribution en créant et développant un réseau de boutique au nom de la marque (en propre ou via la franchise).
Entre les deux, citons le cas de Guerlain, qui a longtemps“jonglé” avec quelques boutiques de type showroom (à Paris) et une distribution indirecte très sélective.

Avec l’arrivée et l’essor d’internet, l’environnement et le contexte changent.
Le phénomène le plus significatif pour moi est le développement rapide des réseaux sociaux. Les internautes et donc les consommateurs ont pris la parole sur le web. Les marques perdent une grande partie du contrôle de leur communication. Elles se doivent désormais d’entrer en dialogue avec leurs consommateurs, de multiplier les points de contacts (sites, forum, réseaux sociaux, videos, etc…).

La première grande évolution a été le fait que les marques de beauté Lire la suite

Publicités

Internet et distribution sélective : le cas des Laboratoires Pierre Fabre

©jaibobola.fr

Au cours de mon parcours professionnel, j’ai été directement confronté à l’arrivée d’internet, et plus précisément à la problématique de la distribution de grandes marques de parfums sur ce canal.
La « distribution sélective », dont se réclament les secteurs du luxe, de la beauté, mais aussi de la santé, est un mode de distribution qui repose sur un processus de sélection des points de vente par la marque distribuée, afin de garantir, entre autres, le respect de son image. Ce type de réseau prévoit une certaine « étanchéité » dans le but d’éviter l’approvisionnement de revendeurs non agréés. Pour être légale, la distribution sélective doit cependant reposer sur des critères Lire la suite