Le pop-up store: un business model durable?

Warby Parker Class Trip ©www.warbyparkerclasstrip.com

Warby Parker Class Trip
©www.warbyparkerclasstrip.com

La mode des pop-up store n’est pas prête de s’éteindre prochainement. Ces boutiques éphémères, au départ très prisées par les nouvelles marques de mode pour se faire connaître et faire le buzz, séduisent de plus en plus de très nombreuses marques et enseignes.
Cette semaine, le géant d’internet Amazon a confirmé l’ouverture de deux pop-up stores en Californie, à San Francisco et Sacramento pour la période des fêtes. Il compte présenter et vendre ses propres produits électroniques comme les liseuses Kindle, ou ses téléphones. Le roi du web met, Lire la suite

Ces marques de luxe venues d’ailleurs….

©www.lefigaro.fr

©www.lefigaro.fr

Cette rentrée 2013 est pour moi marquée par une communication intense autour de nouvelles marques de luxe venues d’ailleurs.
Shang Xia, la marque chinoise créée par Hermès en 2010, a ouvert la semaine dernière sa première boutique à Paris (à Saint-Germain-des-Prés), la troisième de son réseau après Shanghai et l’année dernière Pékin.
Au même moment, le Qatar Luxury Group, annonce le lancement de sa marque de luxe, Qela, avec l’ouverture d’une boutique à Doha le 25 septembre prochain. Une deuxième boutique à Paris (probablement avenue Montaigne) devrait rapidement suivre, avant une possible conquête d’autres grandes capitales mondiales.

Ces dernières années, les pays dits émergents (Chine, Russie, Brésil, Moyen-Orient, etc…) étaient fréquemment associés au secteur du luxe, étant, pour la plupart des grandes marques occidentales de réels relais de croissance. Avec la crise financière, puis économique, qui a profondément touché les marchés matures, et tout particulièrement le marché Nord-américain, les grands groupes sont allés cherchés la croissance sur les nouveaux marchés dynamiques. Le cas de la Chine a été Lire la suite

Le marché mondial du luxe : état des lieux et réflexions

©en.tengrinews.kz

©en.tengrinews.kz

J’ai assisté la semaine dernière à une excellente conférence organisée par le Club Essec-Luxe en collaboration avec la société de conseil Bain & Company, intitulée « Panorama Mondial du Luxe : Etat des Lieux et Perspectives ».
Bain & Company publie deux fois par an en collaboration avec la Fondation italienne Altagamma une étude complète sur le secteur du luxe, véritable observatoire du marché mondial. Au cours de cette conférence, un point complet sur l’année 2012 et sur les perspectives pour les prochaines années a été présenté.
Sans rentrer dans tous les détails des chiffres, je voudrais ici aborder quelques grandes données et surtout m’arrêter sur certaines tendances intéressantes, voire même parfois assez étonnantes.

En premier lieu, le segment concerné est celui des produits de luxe pour la personne (personal luxury goods). Il concerne la mode, les accessoires, l’horlogerie-joaillerie, les parfums et cosmétiques et les arts de la table. Il n’englobe pas des secteurs comme l’automobile, les services, les vins et spiritueux, l’alimentation ou le tourisme). L’étude suit 250 marques et tous les chiffres ont été recalculés sur une base de vente retail (vente au consommateur final) pour pouvoir être comparables.

Le marché mondial en 2012 sur ce segment du luxe personnel représente une valeur de 212 Md€.
En 1995 il représentait Lire la suite

Chanel dans le métro! : les grandes marques de beauté investissent le retail

©www.grazia.fr

©www.grazia.fr

Pendant très longtemps les grandes marques de beauté ont choisi de s’adresser à leur clientèle par le biais d’une stratégie à deux niveaux. D’une part, elles maîtrisaient et contrôlaient leur image et leur communication au travers de grandes campagnes de publicité (presse, télévision, affichage). D’autre part, elle commercialisaient leurs produits en passant par un canal de vente indirect, à savoir les parfumeries, les grands magasins, les instituts, ou encore les boutiques de travel retail.
Quelques marques comme Yves Rocher ou L’Occitane en Provence ont dès le départ choisi de maîtriser complètement leur canal de distribution en créant et développant un réseau de boutique au nom de la marque (en propre ou via la franchise).
Entre les deux, citons le cas de Guerlain, qui a longtemps“jonglé” avec quelques boutiques de type showroom (à Paris) et une distribution indirecte très sélective.

Avec l’arrivée et l’essor d’internet, l’environnement et le contexte changent.
Le phénomène le plus significatif pour moi est le développement rapide des réseaux sociaux. Les internautes et donc les consommateurs ont pris la parole sur le web. Les marques perdent une grande partie du contrôle de leur communication. Elles se doivent désormais d’entrer en dialogue avec leurs consommateurs, de multiplier les points de contacts (sites, forum, réseaux sociaux, videos, etc…).

La première grande évolution a été le fait que les marques de beauté Lire la suite

Les Pirates et le Capitalisme : sujet à méditer…

©librelivre.fr

©librelivre.fr

J’ai assisté hier à une conférence organisée par HEC Executive Education sur le thème des Organisations Pirates.
Cette conférence était animée par Rodolphe Durand, Professeur à HEC et co-auteur d’un ouvrage intitulé justement « L’Organisation Pirate ».
A première vue, le thème abordé semble original, voire même un peu étrange. En réalité, il est le prétexte à questionner notre monde, nos choix, notamment en matière de système économique (le capitalisme en l’occurrence).
Les Pirates dans ce cas ne sont pas ces organisations de type mafieuses dont le seul but est de « détrousser » des gens pour gagner de l’argent rapidement et facilement. Il s’agit plutôt d’organisations, privées mais aussi étatiques qui défendent des valeurs plus universelles, qui confrontent les questions de légitimité et de légalité.

Quelques exemples pour comprendre le propos :
– le Brésil qui décide de Lire la suite

Le client est roi, mais aussi un peu valet…

Il y a quelques semaines, une information originale a circulé sur le net à propos de Walmart. Ce géant de la distribution aux Etats-Unis songerait à à faire appel à ses clients en magasins pour livrer certaines commandes passées par ses clients en ligne.
Encore au stade de la réflexion, l’idée est d’abord de répondre à la concurrence des grands sites e-commerce comme Amazon ou Google qui proposent désormais la livraison dans la journée même.
C’est aussi une solution pour réduire ses coûts, même si en échange du service rendu par ses clients volontaires, il prévoit de les“récompenser” avec des avantages commerciaux.

Certes, cette idée est encore loin de pouvoir être réellement mise en application – il reste de nombreuses questions à régler, notamment sur les aspects de protection de la vie privée (de ses voisins), d’assurance (en cas d’accident par exemple), ou risque accru de vols – elle suscite néanmoins une réflexion plus profonde quant à la place du client dans la stratégie d’entreprise.

En effet, il est usuel d’entendre dans la bouche d’un dirigeant que le client doit être au centre de la stratégie de l’entreprise.
Je ne suis personnellement pas toujours convaincu que cette belle phrase soit réellement appliquée dans les organisations. Notamment en France, il suffit de regarder les services clients des entreprises pour être parfois très sceptique (notamment en comparaison avec ceux de sociétés américaines par exemple).

Mais je constate surtout qu’à défaut d’être au centre de la stratégie d’entreprise, le client fait de plus en plus Lire la suite

Apple, ou petite réflexion sur la règle marketing de segmentation

©chiefmartec.com

En tout bon marketeur qui se respecte, la démarche de segmentation d’un marché est d’une évidence basique.
Pour rappel, la segmentation consiste à découper un marché en sous-ensembles d’acheteurs partageants des besoins et des comportements d’achats homogènes, puis de proposer à chaque sous-ensemble une offre commerciale sur mesure, adaptée à leurs attentes.

Par exemple, Nokia, l’un des premiers fabricants de téléphones portables au monde segmente tout naturellement son marché. Pour répondre à toutes les cibles qu’il a répertoriées, la marque Lire la suite

Trendwatching : les 12 tendances de consommation incontournables pour 2012

©eventexperts.com.au

Le cabinet de tendance européen Trendwatching vient de publier une étude montrant les grandes tendances de consommation pour l’année 2012.
Intitulée « 12 Crucial Consumer Trends for 2012 », cette étude reprend plusieurs thèmes, que j’ai eu l’occasion d’aborder ces derniers mois, notamment sur les nouvelles technologies, l’influence des consommateurs sur l’obligation d’authenticité des marques, l’importance des enjeux de la santé dans la consommation, etc…
Certaines tendances nouvelles apparaissent aussi, et j’aurai l’occasion dans des prochains articles de revenir sur celles qui me tiennent particulièrement à cœur.

En attendant, je vous liste ci-dessous les 12 tendances cruciales de la consommation pour 2012 (selon Trendwatching) :

1. Tapis rouge (Red Carpet)
Le poids des consommateurs chinois, Lire la suite

Prenons un peu de hauteur : le modèle des forces de Porter présenté par l’auteur

Les 5 forces de Porter: ©starterkit20.com

J’observe depuis quelques mois maintenant une réelle accélération de la mise en œuvre des nouvelles technologies dans de très nombreux secteurs, de l’industrie, des services ou du commerce. Les derniers articles publiés sur ce blog rapportent en effet de nombreux exemples ou d’expérimentations autour d’internet, du wi-fi, du m-commerce, de la réalité augmentée, etc…

En essayant de prendre un peu de hauteur par rapport à ce phénomène, je ne peux m’empêcher de repenser à mes cours de stratégies à HEC, et tout particulièrement au célèbre modèle des forces de Porter. Elaboré Lire la suite

Quand la réglementation « cède » face au grand public: le cas des parabènes

© la-croix.com

Lorsque l’on réfléchit à la stratégie d’une entreprise dans son environnement, il est courant d’utiliser le modèle des 5 forces de Porter. Ce modèle replace l’entreprise dans son jeu concurrentiel et permet d’analyser l’influence et les rapports de force avec 5 « forces » qui jouent sur elle : les clients, les fournisseurs, les substituts et les nouveaux entrants.
Se rajoutent aujourd’hui à ce modèles 4 nouvelles forces dont les effets peuvent être très importants : la réglementation, la technologie, la sociologie et l’économie.

Je voudrais dans ce billet aborder la question de la réglementation sous un angle original, en évoquant une question qui reste d’actualité, à savoir la question des parabènes. J’ai participé Lire la suite