Le sens de l’histoire : Pierre Fabre vendra en ligne ses cosmétiques

©www.bestpharmguide.com

©www.bestpharmguide.com

Il y a un an, je postais sur ce site un article concernant internet et la distribution sélective en évoquant notamment le cas du Laboratoire Pierre Fabre, qui refusaient de commercialiser en ligne ses marques de dermo-cosmétique (Avène, Ducray, Klorane, Galénic, etc..).

Sous couvert du contrat de distribution sélective, exigeant notamment la présence d’un pharmacien diplômé sur le point de vente physique afin de pouvoir prodiguer des conseils avisés au client, Pierre Fabre interdisait à ses distributeurs agréés de proposer ses marques sur leur site e-commerce.
La Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) avait alors estimé qu’ « une interdiction absolue de vente sur internet restreignait par principe la concurrence ». La Cour d’Appel de Paris, saisie en dernier recours par le Laboratoire, a rendu sa décision la semaine dernière. Elle a rejeté la demande de Pierre Fabre de pouvoir maintenir sa position et confirme ainsi le « jugement » de la CJUE, selon laquelle « refuser de vendre ses produits sur Internet est une restriction à la concurrence ». Pierre Fabre Dermo-Cosmétique devra donc autoriser la revente en ligne de ses produits par ses distributeurs agréés.

Je joins ci-dessous un extrait du communiqué de presse du Groupe, qui mentionne notamment sa volonté d’adapter à la vente en ligne la présence physique d’un diplômé en pharmacie.

“La Cour d’appel de Paris a demandé le 31 janvier 2013 aux Laboratoires Pierre Fabre Dermo-Cosmétique (PFDC) d’autoriser la revente en ligne de leurs produits par leurs distributeurs agréés. Dans le même temps, elle a pleinement reconnu le bien fondé, la validité et l’intérêt pour les consommateurs du réseau de distribution sélective de PFDC, en soulignant en particulier que la présence physique effective d’un diplômé en pharmacie sur le lieu de vente « permet d’offrir aux consommateurs un service de conseil personnalisé de qualité ».
PFDC prend acte de cette décision et autorisera désormais la revente en ligne de ses produits par ses distributeurs agréés.
PFDC précise que la revente de ses produits sur internet se fera uniquement selon les principes d’agrément qu’il défend depuis toujours et qui ont été approuvés par la Cour d’appel de Paris :

– Délivrance par PFDC d’un agrément internet spécifique au point de vente physique agréé ;
– Accès permanent pour le consommateur à un conseil en ligne délivré par un diplômé en pharmacie ;
– Présentation des produits PFDC dans un environnement internet qualitatif conforme à l’image et à la technicité de ses produits.

Ainsi, le critère de la présence physique d’un diplômé en pharmacie sera maintenu et adapté à la vente en ligne afin de garantir le meilleur degré de conseil aux consommateurs, en pleine conformité avec les prescriptions de la Cour d’appel de Paris.”

©www.ouest-france.fr

©www.ouest-france.fr

Je trouve cet aspect du conseil expert personnalisé intéressant. Je pense que les nouvelles technologies (vidéo, rappel téléphonique, outils du type Skype, etc.) vont permettre de plus facilement mettre en place cette relation client, d’autant plus indispensable qu’il s’agit de produits de santé. Je suis curieux de voir comment tout cela sera réellement mis en place.

Et ce sujet, autour des produits de santé, reste toujours dans l’actualité. Aujourd’hui même, la grande distribution (E. Leclerc pour ne pas le citer) renouvelle sa volonté et sa décision de vendre des médicaments non remboursés (OTC) et ce à des prix nettement moins chers qu’en officine (-25 à 30% !). Bénéficiant déjà de la présence de pharmaciens dans ses espaces de parapharmacie, Edouard Leclerc estime garantir la question liée aux problèmes de santé. Et pour réussir son projet, il compte aussi sur son site e-commerce, profitant ainsi de l’ouverture de la vente de médicaments sur internet autorisée sous certaines conditions (notamment au travers d’espaces réservés) depuis le 1er janvier 2013.

Pierre Fabre sur internet allait pour moi dans le « sens de l’histoire ».

Est-ce aussi le cas pour la grande distribution ?

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :