Le virtuel envahit le commerce traditionnel

Duane Reade Virtual Assistant: ©tensator.com

Un des sujets les plus traités dernièrement sur ce site concerne les liens de plus en plus étroits entre nouvelles technologies et commerce traditionnel. Une des raisons provient de la multitude d’expériences engagées par les marques et les réseaux de distribution pour essayer de se différencier et surtout d’améliorer l’expérience d’achat des consommateurs.
Je vous propose dans ce billet deux illustrations intéressantes de ce phénomène.

Le premier exemple est celui de la chaîne de drugstore américaine Duane Reade, qui a présenté il y a quelques mois le premier « Assistant Virtuel » dans son magasin de Wall Street à New York. Le « Tensator Virtual Assistant » combine les dernières technologies audiovisuelles et celles des hologrammes pour créer l’illusion d’une personne réelle. Cette « personne » accueille les clients et leur fournit des informations sur le magasin ou du contenu sur les marques et les promotions en cours.
La vidéo ci-dessous montre précisément cette expérience.

L’attention des clients qui passent devant cet assistant virtuel est clairement et efficacement captée. Mais deux questions se posent néanmoins.
L’effet de surprise est fort la première fois. Qu’en est-il les fois suivantes ? Les clients ne vont-ils pas se lasser, même si les messages changent régulièrement et sont actualisés au gré des nouveautés et animations commerciales.
Deuxièmement, il n’y a évidemment pas d’interactivité, d’échange et donc de relation humaine. L’assistant virtuel ne peut pas (à ce stade) répondre à des questions. Il ne peut donc pas totalement remplacer une personne physique, même s’il permet d’alléger l’organisation d’un magasin ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Quoi qu’il en soit, nous allons tous être amenés à rencontrer de tels assistants virtuels. Je pense notamment aux lieux culturels, mais aussi dans les aéroports (déjà à Londres Luton et Birmingham) et certainement dans d’autres boutiques.

Le deuxième exemple, un peu plus ancien déjà, est celui de la marque de jouet Lego qui a choisi de se lancer dans la réalité augmentée, et a mis en place dans certaines de ses boutiques en Allemagne une „Digital Box“. Il s’agit d’une borne équipée d’une caméra. Quand la personne place une boîte de Lego, porteuse d’un marqueur particulier, devant la borne, celle-ci affiche immédiatement une image tridimensionnelle du contenu de la boîte une fois assemblé. Ce dispositif très impressionnant et très innovant est, pour moi, un excellent déclencheur d’achat. Il permet en outre d’économiser de la place sur le point de vente, en évitant de devoir exposer tous les modèles assemblés.
Ici encore une vidéo est plus parlante que toutes les explications écrites.

La réalité augmentée, déjà utilisée dans les domaines de la cosmétique ou du luxe (comme évoqué dans des billets précédents) trouve ici une nouvelle application très pratique et efficace.

Deux exemples de l’incursion massive des nouvelles technologies dans le commerce traditionnel. Et ce n’est que le début.

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

One Response to Le virtuel envahit le commerce traditionnel

  1. Ping: Quand la réalité rejoint la fiction : un hologramme en petite tenue… « Jacques Blog- par Jacques Bloch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :